Alsace – Liège: Étape 4 d’un voyage à vélo

Encore un peu de chemin plat le long du Rhin, et une halte pour des courses à Goppard.

Nous avions alors 2 options… :

  • continuer jusque Koblenz sur l’Eurovélo 15 pour ensuite rejoindre la piste cyclable le long de la Moselle jusque Treis-Karden pour affronter notre première difficulté de la journée.
  • ou quitter l’Eurovélo 15 bien avant Koblenz, à Goppard pour rejoindre la Moselle en escaladant une côte. En gros, c’est plus court mais cela nous ajoute une montée conséquente pour la journée.

Après 3 jours de plat… nous avions envie de changement et avons choisi l’option 2.

Les courses terminées et un ravitaillement à Goppard plus tard, nous voila sur une montée en lacets en pleine forêt sur une petite route sans voitures ! Nous ne regretterons pas notre choix. Le paysage et la vue sont magnifiques.

La montée aussi avec de beaux pourcentages… J’adore les montées. Difficile de décrire toutes les émotions lors de cette montée… C’est tellement beau, tellement motivant de se voir progresser lentement dans cette montée, de se voir arriver en haut… de se dire qu’on est en train de le faire!

Audrey et moi avons presque le même rythme. Le vélo est mon sport de prédilection. Pour Audrey , c’est le badminton. Je suis donc un peu plus entraîné sur le vélo. Je tire la remorque et le principal des bagages, ce qui me ralenti. Nos niveaux s’équilibrent.

Qu’est ce que c’est bon une belle montée dans la nature. Quelques lacets au milieu d’une forêt… Presque en haut, nous arrivons à un point de vue où nous pouvons apercevoir la route empruntée dans le bas. Ça change des paysages plats le long du Rhin.

Nous voila sur le toit du monde… bon, on vient de gravir 300m! Mais qu’est ce que c’est bon! Après la montée, une belle descente avec toujours des paysages magnifiques.

Petit conseil:

Variez les plaisirs et le parcours, c’est motivant.

Nous ferons encore un peu de plat le long de la Moselle avant notre pause sieste de l’après-midi. Une bonne glace, de quoi se rafraîchir avec une sieste sur un banc dans un parc. Cette petite ville est calme et agréable.

Nous quittons la Moselle, en direction de la Belgique où ce sera plus vallonné.

Reprendre la route après une sieste et démarrer avec une montée à 18-19 %, c’est costaud. La route est cette foi un peu plus fréquentée… donc c’est moins gai.

Audrey aura quelques difficultés dans les plus grands pourcentages. Nous arrivons tout de même au bout de cette courte (mais intense) montée. Heureusement, les Toffifee sont là pour notre moral.

Je prends un petit peu peur… On est déjà en début de soirée… et nous n’avons parcouru que 40 km… c’est peu comparé à la veille, mais surtout cela signifie que nous allons devoir empiéter sur notre samedi de repos! Les 2 grosses montées nous aurons ralentis et il ne faut pas négliger cet aspect lors d’un voyage.

Petit conseil:

Lors de la planification de l’itinéraire, prenez en compte le dénivelé… il influencera de manière significative votre temps de parcours et donc vos kilomètres...

Le reste du trajet sera vallonné, mais il n’y aura plus de grosses montées comme les deux que nous venons de faire aujourd’hui.

Surprise du jour… quand il est indiqué sur la carte que c’est un chemin pour piéton le long d’ancien chemin de fer… méfiez-vous ! Arrivés à Kaisersesch, nous devions continuer sur une de ces voies jusque Ulmen. Malheureusement, les rails sont toujours présents et la végétation a pris le dessus.

Pour des vélos avec une remorque c’est totalement impossible. Même en tant que piétons c’est compliqué tant la végétation est dense. Cette voie n’est sûrement pas beaucoup empruntée.

Il faut donc changer nos plans et trouver une route. Faire marche arrière nous ferait faire un gros détour. Nous décidons de continuer un peu sur une voie parallèle non goudronnée. C’est difficile avec la remorque et la journée a déjà été éprouvante.

Nous nous extirpons de là pour retrouver une route. Je redessine un nouvel itinéraire. Les routes ne sont pas nombreuses et nous devrons croiser et rouler près d’une autoroute qui finalement ne nous dérangera que très peu. L’objectif est de rejoindre Darscheid, où nous attend une vrai piste cyclable.

La fin de cette étape va devenir plutôt descendante, nous gagnons en vitesse et profitons de ces passages plus roulants.

Le soir, lorsqu’on quitte la proximité de l’autoroute à Ulmen, nous sommes quand même contents de retrouver un peu plus de calme, du coup nous roulerons jusque dans la soirée pour se trouver un endroit en bord de champ pour poser notre tente entre Ulmen et Darscheid.

La journée à vraiment été fatigante, mais le rituel du soir doit se faire… déballer les bagages, monter la tente… Plus le courage de se faire une tisane… nous nous endormons rapidement.

Dès ce soir, le dilemme commence à se dessiner… demain, une longue étape pour arriver à Vielsalm… un lit chez les grands-parents d’Audrey nous y attend 😉 Nous aimerions tout faire pour aller au bout… quitte à rouler un peu de nuit.

One thought on “Alsace – Liège: Étape 4 d’un voyage à vélo

  1. Having read this I believed it was really informative.

    I appreciate you spending some time and effort to put this article together.

    I once again find myself personally spending way too much time both reading and commenting.

    But so what, it was still worthwhile!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *