Alsace – Liège : Étape 1 d’un voyage à vélo

C’est parti pour la première étape de ce périple. Nous sommes excités et impatients… Un rêve va se réaliser.

Lundi matin nous préparons nos affaires. Nous dînons une dernière fois avec nos amis qui retournent en Belgique avec la voiture.

Départ : lundi après-midi… go, go, go ! Le soleil tape déjà fort… une semaine de canicule s’annonce !

L’objectif de la journée : rejoindre le Rhin et commencer à le longer sur quelques kilomètres.

Actuellement, nous sommes dans ma maison d’enfance à Riedseltz, petit patelin de 1000 habitants tout près de Wissembourg (7600 habitants, c’est nettement mieux, mais toujours pas connu!). Quoi qu’il en soit, ça se situe au nord-est de l’Alsace à la frontière allemande, et à environ 25 km du Rhin et de Lauterbourg où nous rejoindrons l’Eurovélo 15.

A partir de Wissembourg, il faut suivre les indications Schleithal (village le plus long d’Alsace). Dès que vous aurez trouvé la piste cyclable, celle-ci très bien indiqué et entièrement en site propre vous guidera jusqu’au Rhin.

Cette partie magnifique me rappelle beaucoup de souvenirs. Depuis tout petit avec mes parents, nous partions faire des balades à vélo. Le Rhin aller/retour était pour mes yeux d’enfant une expédition au bout du monde. L’émotion est vive, je fais à nouveau ce parcours, mais pour un voyage d’une autre dimension.

Nous ferons également une petite halte à Niederlauterbach où habite ma maman. Nous aurons ainsi un peu de ravitaillement et des Toffifee pour accompagner notre voyage d’une petite douceur… ces bonbons (une noisette entourée de caramel et de chocolat) remonte aussi quelques souvenirs agréables. Ça fait un bail que je n’en ai pas mangés.

Arrivés à Lauterbourg, nous voila face au Rhin. Ce ne sera que de courte durée, la piste cyclable s’éloigne un peu du Rhin que nous ne verrons plus pendant un petit temps. Une digue nous sépare.

Nous avons certes, planifié notre itinéraire, mais pas nos haltes. Nous roulons chaque jour jusqu’à ne plus en avoir envie et/ou dès qu’on a trouvé un emplacement sympathique pour nous poser.

Les pauses aussi se font au gré des possibilités.

Et le choix des haltes est important… on en paiera le prix la première nuit et choisirons mieux les suivantes 😉 …. Mais n’avançons pas trop vite dans ce récit… Dans un premier temps, nous devons trouver un endroit pour souper.

Après un après-midi de vélo, la faim se fait sentir… Nous nous arrêtons au bord d’un lac (Altrhein Züdlich Jockgrim) pour manger sur une petite plateforme sur pilotis… il y en a plein, elles sont sûrement prévues pour les pêcheurs. Elles sont pour certaines effondrées dans l’eau pour d’autres, plutôt bancales. On va en emprunter une…à nos risques. L’environnement est magnifique, ça vaut le coup. Pas un bruit, juste l’eau, la nature, les arbres et nous, à manger perchés au-dessus de l’eau.

J’avoue ne pas être toujours rassuré… c’est quand même très bancale !

Nous sommes plutôt en forme (ben oui, nous sommes le premier jour et cela ne fait qu’une demi-journée que nous roulons). Du coup, nous pédalons encore jusqu’à la tombée de la nuit.

La luminosité diminue, et l’envie de poser la tente se fait sentir… malheureusement, l’endroit où nous nous trouvons n’est pas très aguichant. Il commence à se faire tard, il faut trouver une place pour poser notre tente. Nous allons tout de même trouver un pré qui a l’air sympa  juste après Hördt après 3h52 et 68 km.

Ce qu’on ne savait pas en arrivant, c’est l’invasion de moustiques… Nous posons la tente et nos affaires rapidement. Je me lave vite avec notre bidon de 5l et hop dans la tente, impossible d’en sortir au risque de se faire manger.

Petit conseil:

Le soir, il fait vite frisquet… les autres jours, je me laverai plutôt avec la chaleur de l’après-midi.

Le choix de l’emplacement pour la nuit est important pour pouvoir bien se reposer et passer un moment agréable après une journée d’efforts. Il faut choisir un endroit calme, en évitant les routes fréquentées, les lignes de chemin de fer, et toutes autres sources de bruit, mais aussi les moustiques… histoire de pouvoir se poser au bord de la tente avec une bonne tisane et quelques gâteries… et profiter de ce moment de repos. Parfois, il vaut mieux se poser dans un endroit chouette, plutôt que de rouler encore quelques kilomètres et ne plus trouver d’endroit.

Le lendemain matin, nous remballerons nos affaires pour prendre un petit déjeuner un peu plus loin… Loin des moustiques.

Le parcours est très beau, même si finalement on ne voit pas souvent le Rhin ! La plupart du temps, il y a une digue entre la piste cyclable et le Rhin. Autant être averti, pour éviter les frustrations. C’est plat … très plat. Ben oui, nous longeons le Rhin.

One thought on “Alsace – Liège : Étape 1 d’un voyage à vélo

  1. Ah les moustiques … C’est moi qui ai choisi ce lieu pour dormir. Les autres nuits, j’ai laissé Pierre s’en charger et il a bien mieux fait ça que moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.