Nous y sommes, Audrey et moi avons pris notre décision… nous allons nous passer définitivement de voiture ! Cette décision est venue naturellement après la mise en place des conseils de cet article. Elle est importante, a été mûrement réfléchie et a des conséquences sur notre organisation…

Dans cet article, vous trouverez de nombreux conseils pour faire cette transition ou du moins pour diminuer l’utilisation de la voiture.

Ce récit est notre expérience après 16 ans d’utilisation de la voiture.


La place de la voiture dans ma vie

J’ai rédigé un article sur ma relation avec le vélo (et la voiture). Cela permet de mieux comprendre d’où je pars et comment je suis tombé dans le vélo. Mais concrètement, à 18 ans, j’achète ma première voiture et j’en possèderai une jusqu’à aujourd’hui. A 27 ans en 2014, le vélo et les transports en commun sont des moyens de déplacement centraux pour moi, autant pour mon quotidien privé, que pour aller au travail.

Malgré ça, ma petite voiture reste un objet indispensable pour certains déplacements. Elle est donc bien là, même si je l’utilise peu.

A ce moment, l’envie d’abandonner ma voiture est déjà présente, elle sera anéantie avec l’arrivée de ma première fille en 2016… je ne suis pas prêt à me déplacer à vélo avec elle (pas le matériel, pas l’expérience, la crèche n’est pas bien située pour ça…). La voiture reprend du service presque quotidiennement. Et le nombre de kilomètres parcourus par an, augmente.

Quand j’ai rencontré Audrey en 2016, elle n’avait pas de voiture, nous sommes donc resté avec 1 voiture pour le ménage. Il faut se partager 1 voiture entre Audrey, les trajets pour les enfants et moi. Ce partage de la voiture nécessite une synchronisation de nos agendas pour savoir qui et à quel moment, peut utiliser la voiture. Cela nous oblige logiquement à « penser sans voiture » le reste du temps. Nous l’utilisions plus de 1000 km/mois… C’est le début d’une réflexion plus profonde, mais j’en suis qu’au début… elle doit encore mûrir.


Notre démarche pour se passer de voiture

Premier conseil : Réfléchir « sans voiture » au quotidien

Cela a commencé en 2017 presque par contrainte (partager une voiture à 2 (+ les trajets des enfants) c’est pas évident dans notre société conçu autour d’elle). Petit à petit, réfléchir « sans voiture » devient un choix. Pour notre environnement, pour les enfants, pour notre qualité de vie, pour notre budget,… il y a une infinité de raisons qui pousse à se passer de voiture…

Et c’est là, le premier et certainement le conseil le plus important pour pouvoir un jour vous passer de voiture…

Il faut penser « sans voiture ». Si vous construisez votre vie autour de la voiture, ce sera très compliqué et quasi impossible de s’en passer.

Nous réfléchissons « sans voiture » pour différents choix, les courses, la crèche pour la petite dernière,… et en 2019 pour la maison.

C’est venu naturellement car nous ne voulons plus être dépendant de la voiture. Ne pas la rendre indispensable sans pour autant s’en débarrasser.

Un jour ,des amis me disent qu’ils aimeraient bien ne plus avoir de voiture… mais que c’est impossible car leur maison se situe dans un village sans aucun transport en commun, le travail est loin, les enfants vont dans des écoles inaccessibles sans voiture,… Leur vie est construite autour de la voiture, la rendant indispensable. Impossible donc de s’en débarrasser.

Je me répète, mais pour se détacher de la voiture, il faut penser « sans voiture » au quotidien.

Un exemple: Le choix de la maison

2019, c’est aussi l’année où nous allons commencer à vouloir acheter une maison. La maison où nous étions n’est pas très bien située, à 30 minutes (sans enfants) à vélo de mon travail, à 3 bus de l’école de ma fille qui est à 1 bus de la crèche qui elle est à 1 bus de mon travail… 5 bus pour arriver le matin au boulot, ce n’est plus possible. Et dans ma prise de conscience écolo, prendre la voiture quand il y a des alternatives est de moins en moins une option !

La demande à l’univers

En août 2019, nous décidons de faire une demande à l’Univers. Lui écrire une lettre où nous décrivons avec détails la maison de nos rêves. Dans cette lettre, nous allons y indiquer nos critères pour le choix de cette maison, nous allons la décrire, préciser le nombre de pièces, la disposition,… Mais surtout, nous y intégrons une limite de temps en vélo et/ou en transports en commun entre la maison, mon travail et l’école des enfants… (ma compagne travaille principalement à domicile). Automatiquement, cela nous limite à un certain périmètre autour et entre ces 3 points.

Si vous aussi vous avez envie de faire votre demande à l’Univers… il y a quelques règles à respecter.

L’Univers nous envoie la maison

Décembre 2019, et totalement par hasard (nous ne cherchons pas encore à ce moment), je tombe sur une maison à vendre… à 5 minutes à pied de mon travail. Le soir, je la présente à madame. Nous lisons l’annonce, et elle correspond très fortement à notre demande à l’Univers… De plus, plusieurs signes de l’Univers nous ont guidés vers cette maison. Nous la visitons et c’est un coup de cœur ! Bingo !

Elle remplit nos critères, elle est comme nous l’avions décrite (ou presque), et est située à l’endroit idéal.

La maison est à 5 minutes à pied de mon travail, à 25 minutes à vélo de l’école de ma fille sur une piste cyclable sur 90 % du trajet. Il y a des transports en commun fréquents pour rejoindre la ville et une gare. 1 seul bus pour conduire ma fille à l’école. L’endroit se situe également à un point de jonction de nombreuses pistes cyclables allant dans quasi toutes les directions.

Nous avons donc le trio gagnant… Maison, boulot et école se tiennent en 25 minutes à vélo les uns des autres.

La maison ne doit pas vous bloquer

Je vous vois venir… vous allez me dire que dans ce trio gagnant le boulot et l’école des enfants peut et va changer… je vous répondrai que la maison peut changer aussi. La vie ne doit pas rester figée. Beaucoup de personnes achètent une maison pour la vie… Ce n’est pas ma vision… je pense que rester figer dans un lieu ou une situation inconfortable, rend la vie plus difficile. Personnellement, c’est mon troisième achat de maison (entrecoupé par des locations)… lors d’un changement (séparation, changement de boulot, …) il est toujours possible de déménager. Bien sûr, étant donné qu’actuellement cette maison correspond à notre demande à l’Univers et qu’on s’y sent super bien… on a pas envie de changer! Nous espérons ne pas devoir le faire.

Bilan avant 2020

A force de penser « sans voiture », automatiquement, nous l’utilisons de moins en moins. Alors qu’en 2019 nous avions une moyenne de plus de 1000 km/mois, nous en sommes fin 2019 à 800 km/mois.

Deuxième conseil : lire des témoignages de personnes qui se passent de voiture

C’est le confinement 2020 ! Et là, patatras, la voiture, nous ne l’utilisons plus du tout ! Forcément, on doit rester chez soi ! Tout est fermé, alors j’ai du temps pour lire… et je vais lire quelques livres sur l’écologie. Le premier ce sera « Ecotopia » d’Ernest Callenbach publié en 1975. C’est franchement bien foutu et je vous conseille de le lire.

Mais surtout, j’ai lu « Vivre la simplicité volontaire, histoires et témoignages » et là c’est un déclic. Un peu comme une conclusion à ma transformation écologique. Ces témoignages qui datent de 2014 font parfois un peu sourires, mais ils font surtout réfléchir à notre mode de consommation. Ces témoignages, plutôt que de vous culpabiliser, vous montrent le quotidien de ces personnes qui ont décidé de changer et de vivre autrement, en harmonie avec leur environnement. Ces témoignages vous montrent que c’est possible. Des personnes vivent autrement, sans pour autant se couper de la société.

On y parle beaucoup :

  • de minimalisme, cet art de posséder peu et uniquement l’essentiel.
  • de déplacement et de vacances (sans voiture),
  • de ces objets qui nous pourrissent la vie (téléphone, TV) et que beaucoup ont décidé de ne pas avoir.
  • de l’alimentation bio et locale
  • des transports en commun,
  • d’autonomie énergétique et alimentaire,
  • du temps de travail que beaucoup ont décidé de réduire pour consacrer plus de temps à leurs enfants et à leur mode de vie plus écolo, pour arrêter de courir partout.

Tous ces témoignages sont très enrichissants et me permettent de glaner des conseils pour franchir certains caps.

L’expérience d’autres personnes dans la même démarche que vous qui sont, parfois moins, parfois plus avancés que vous dans cette réflexion est très enrichissante et importante. Cela motive, donne des idées, permet de résoudre certains problèmes…

On en arrive à la voiture ! Cet objet dont on se passe de plus en plus. Cet objet qui coûte très cher aussi (il faut le dire). On la garde ou pas ?

Nous n’avons pas encore la réponse à cette question, mais avec Audrey, nous commençons à en parler sérieusement. Comme beaucoup, nous aimerions ne plus avoir de voiture, mais ne sommes pas encore prêts.

Troisième conseil : Évaluer le coût de votre voiture

Évaluer le coût de votre voiture, une étape supplémentaire pour aller vers une vie sans voiture.

Un exemple: ma Peugeot 206

Ça tombe bien, je garde tout… et donc aussi les factures… Je fais le total:

  • assurance,
  • taxe,
  • contrôle technique,
  • achat de la voiture,
  • frais de réparation (nouvelle batterie et nouvelle courroie),

Total : 150 euros/mois, il faudra ajouter à cela l’essence, péage, parking,…

En tout, nous dépensons environ 200 euros/mois pour la voiture…

Cette information pourra peut-être jouer dans la balance et vous pousser à franchir le pas.

Quatrième conseil : Faire une liste indiquant pourquoi vous utilisez la voiture et les alternatives possibles

Cette liste va permettre de mieux vous rendre compte de l’importance de la voiture dans votre vie… et va vous demander de réfléchir à des alternatives.

Un exemple: Mon tableau

Nous notons dans un calendrier chaque jour où nous utilisons la voiture, pourquoi nous l’utilisons et comment nous pourrions nous en passer. Ce tableau à été fait au printemps 2020.

Pourquoi utiliser la voiture?Les alternatives
Si on est fatigué ou malade et qu'il faut quand même se déplacer?Il y a les transports en commun. L'achat d'un vélo électrique est également une possibilité. Au pire... il existe aussi une solidarité avec la famille et les amis.
Pour transporter les gros objetsL’idée c’est de ne plus trop accumuler de gros objets, mais ça peu arriver. La plupart du temps, il y a un système de livraison lors de l’achat S’il n’y en a pas, on peut louer un véhicule permettant de les transporter. Les amis peuvent aussi être sollicités.
Les enfants iront à l'école tous les jours...Les trajets se feront principalement à vélo, il existe tout un tas de solutions pour transporter les enfants. Sinon, le bus est également une solution (1 seul bus entre la maison et l’école).
Et pour les longs trajets? Les vacances?Nous favoriserons (comme nous le faisons déjà), les transports en commun. A défaut, il est possible de louer une voiture si nécessaire.
Pour transporter les enfants en stage où à des cours du soir...C’est là que le « penser sans voiture » est important. Le choix des stages et cours se feront en fonction de leur accessibilité, nous habitons près d’une grande ville où il y a déjà beaucoup de choses. Nous fixons une limite de distance/temps pour y arriver.
Si je me casse une jambe et que je ne peux utiliser le vélo pour me déplacer ?A priori, je ne pourrais pas conduire non plus ! (Celle-là je la mets, car on me la sort de temps en temps… je trouve ça drôle).

Bien sûr cette liste doit être complétée avec tous les trajets que vous faites en voiture… courses, travail, rendre visite à la famille,… Ce n’est plus notre cas ! Le « penser sans voiture » depuis des mois (et mêmes des années) a déjà bien allégé notre utilisation de la voiture et donc ce tableau.

Se laisser le temps de la réflexion

Après ces 4 conseils, notre réflexion est déjà très poussée. Mais nous allons nous laisser le temps, il n’est pas nécessaire de se précipiter (j’apprends à ne plus me précipiter mais c’est pas toujours évident… Merci Audrey !).

A ce moment, notre objectif est de continuer d’utiliser la voiture jusqu’à sa mort. Ainsi, nous aurons le temps de continuer à « penser sans voiture ». Le jour où elle ne roulera plus… nous n’en serons plus dépendant.

Cinquième conseil : L’achat d’un vélo électrique

Pour continuer dans cette logique de la pensée « sans voiture », il nous paraissait indispensable d’acheter un vélo électrique. Il y a des moments, où se déplacer avec un vélo physique est trop fatigant… pas toujours possible ou même difficile quand il faut transporter 2-3 enfants en plus.

Août 2020, Audrey reçoit un vélo électrique pour son anniversaire.

Septembre 2020, c’est le déménagement. A ce moment, nous sommes à 7000 km (il y a pas mal de km liés au déménagement) sur ces 9 premiers mois de 2020.

En décembre 2020, depuis le déménagement, la voiture reste dans la garage, nous ne l’utilisons plus (ou presque). En 3 mois, nous ajoutons 1000 km ! Et chaque mois, nous l’utilisons un peu moins… La transition est en marche ! La maison est très bien située et nous faisons depuis le déménagement tous nos déplacements à vélo… Nous pensions switcher vers le bus pour l’hiver… finalement on s’équipe un peu mieux et nous sommes toujours à vélo en janvier 2021… et ça va continuer! Au départ, j’ai ouvert ce blog pour partager mon quotidien à vélo avec les enfants.

Nous finissons 2020 avec un total de 8000 km parcouru avec la voiture… 38,5 %par rapport à 2019. Bien plus si on ne prend en compte que ces 3 derniers mois.

Après avoir « penser sans voiture » pendant plusieurs années et depuis le printemps 2020, mis en pratique ces différents conseils, nous sommes prêts à franchir le pas.

Ma Peugeot 206 est à vendre. Nous allons nous séparer de la seule voiture du ménage.

Avec l’argent de la vente de la voiture nous envisageons l’achat d’un deuxième vélo électrique qui permettra de transporter des enfants plus grands plus facilement. Un vélo cargo est à l’étude… mais nous nous laissons le temps d’y réfléchir encore. J’apprends à ne pas me précipiter.


La voiture est partie

Finalement, c’est un soulagement! J’ai presque envie de dire « enfin ». Alors que ça c’est fait très vite… quelques semaines entre la décision et la voir partir.

Nous sommes très content de se changement. C’est une libération et beaucoup moins de tracas. On s’enlève un poids. C’est là qu’on se rend compte de la place que peu prendre un objet dans nos vies.

– Papa, le monsieur il va faire quoi avec la voiture?

– Ben il en a besoin pour aller travailler, faire ses courses…

– Il peut pas faire ça à vélo comme papa?

Comme c’est mignon 😀

Ma fille quand nous avons vendu la voiture

Abonnement TEC

Et pour nos amis Wallons… lorsque vous rendez votre plaque de voiture vous avez droit à 3 ans d’abonnement gratuit sur le réseau TEC, partout en Wallonie. Si c’était votre seule voiture, vous aurez même droit à 1 abonnement par personne domiciliée chez vous 😉

On dit: « Merci le TEC »

5 thoughts on “Se passer de voiture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *