Mourir du Covid ou mourir de la faim ?

Avertissement : Dans cet article, certains propos peuvent t’interpeller. Pour une fois, je ne vais pas parler de vélo. Mais la situation est telle que je souhaite réagir et te parler de Covid19, de faim dans le monde, de mort, de vieux, de vaccination,… Rassures-toi, après je parlerai à nouveau de vélo. Si ça te fait peur et que tu préfères éviter ces sujets, je t’invite à quitter cette article et à te remonter le moral en regardant ceci, car ce qui suit ne te plaira peut-être pas, mais doit être dit.


La faim dans le monde

D’après les derniers chiffres du FAO de 2018, 678,1 millions de personnes souffrent de la faim, soit 8,9 % de la population mondiale. Pire que ça, chaque jour, 25.000 personnes meurent de la faim dans le monde, c’est à dire plus de 9 millions de personnes chaque année.

Quand on sait « qu’il y suffisamment de nourriture pour tous » (d’après l’ONU), c’est plutôt dingue. En tout cas moi, ça me retourne les tripes… ah non, ça, ça doit être mon repas de tantôt, c’était tellement bon, j’en ai trop mangé.

Revenons-en à la faim dans le monde. Elle touche un peu plus les femmes, que les hommes, mais est surtout catastrophique pour les enfants dont le corps est en pleine croissance. (source: Medair)

Ça fait longtemps que c’est comme ça, nous avons appris à vivre avec.

Il y a 5 ans l’ONU s’est donné l’objectif d’éradiquer la faim pour 2030. Malheureusement, « Les mesures de confinement ont eu des répercussions fatales pour les millions de personnes qui travaillent dans le secteur informel […] et de nombreux paysans et paysannes n’ont pas pu cultiver cette année leurs champs », souligne Simone Pott, porte parole de Welthungerhilfe (ONG Allemande). (source: DW)

En d’autres mots, le confinement a eu des conséquences catastrophiques pour beaucoup, dont ceux qui cultivent le terre, ce qui accentue encore plus la famine dans le monde.


Covid-19

Parlons-en de ce virus qui a changé la face du monde.

Son bilan: depuis son apparition et jusqu’au 15 mars 2021, le Covid-19 a fait, 2,7 millions de morts pour 120 millions de cas (source: statistica)… Voilà, tu as les chiffres du Covid19.

Ces chiffres m’interpellent!

Mettons un peu ces informations l’une a coté de l’autre.

Faim dans le mondeCovid19
9 millions de morts / ancontre 2,7
On vit avecOn confine et on attaque ouvertement les libertés individuelles
On laisse les ONG gérer le bazarDes milliards sont dépensés en vaccins et un joli pactole va aux firmes pharmaceutiques

Je sais que sans confinement, ces 2,7 millions auraient été bien plus et que c’est impossible à chiffrer. Malheureusement, suite à un dé-financement des soins de santé, les hôpitaux ne peuvent plus gérer une crise majeure… le confinement devient donc obligatoire pour éviter la saturation des hôpitaux. Mais ça c’est un autre débat.

Les chiffres officiels de Sciensano.

Dans ce rapport, tu y trouves toutes les données statistiques sur la Belgique, des chiffres, des graphiques, par région, une analyse des tests, des hospitalisations,… C’est complet, je t’invite à y jeter un œil, c’est instructif.

Un graphique à particulièrement retenu mon attention. Celui représentant la mortalité en fonction de l’âge et du sexe (Partie 3.5 page 22 du rapport).

D’après ces statistiques belges, 82% des personnes décédées du Covid ont plus de 75 ans ! Un peu plus de 50% des décès touchent les plus de 85 ans. Nous ne pouvons donc plus le nier, le rapport est clair… Pour sa première année d’existence, le Covid-19 tue principalement les vieux (quoi, c’est choquant d’écrire ça?). Je sais, on parle de nos aînés et j’ai beaucoup de respect pour eux. Moi aussi j’ai des parents (malheureusement, plus de grands-parents, décédés bien avant leurs 75 ans!).

En France, les chiffres sont du même ordre, 78% des décès ont plus de 75 ans. (Source: Statistica)


Il y a des priorités ?

Mon but n’est pas de savoir qui, entre la faim dans le monde et le Covid fera le plus de morts. Mais mettre en rapport les deux permet de mieux comprendre l’impact de chacun et son étendue. Nous sommes bien d’accord, dans les deux cas, on parle de mort… et quand il y a des morts, il y des enterrements, des larmes, de la tristesse, un deuil,… qu’il soit dû au Covid ou à la faim, un mort reste un mort.

Les femmes et les enfants d’abord

Cette expression un peu vieillotte et peut-être même sexiste est « une pratique chevaleresque, une coutume ou un protocole qui consiste, lors d’une menace mortelle (typiquement un naufrage avec un nombre de canots de sauvetage insuffisant), à sauver en premier les femmes et les enfants. ». « Si l’évolution de la place de la femme dans la société a rendu cette expression obsolète, le principe de sauver les enfants d’abord reste lui toujours pertinent » (Source: Wikipédia).

La logique voudrait qu’on protège nos enfants,… les générations futures.

Que nenni! En 2020, notre société occidentale se concentre sur nos petits vieux. C’est-à-dire nos grands-parents, nos parents, ou peut être vous ? (même si je doute fort avoir beaucoup de lecteurs de 75 ans).

D’ailleurs, on leur a demandé aux vieux ce qu’ils en pensent ?


Qu’en pense les personnes âgées?

Est-ce qu’ils préfèrent voir leurs enfants et leurs petits enfants rire avec eux, et être joyeux? Ou être confinés, ne plus voir personne et finalement mourir seul? Oui, parce que soyons clair… à 75 ans, tout ce qu’on peut espérer c’est les sauver d’une mort certaine quelques années plus tard.

Le monde affiche clairement sa fierté à vacciner les centenaires… « regardez, nous venons de protéger mamy du Covid 19 ». Certes, avec Alzheimer, des arthrites et un AVC à son actif, elle ne fera plus long feu, mais au moins elle aura encore servi à une chose importante… enrichir un peu plus les firmes pharmaceutiques. Tout en restant confinée bien sûr.

Nous ne pouvons pas négliger nos ainés… comme nous avons fermé les yeux sur la faim dans le monde… car là on parle de nos proches.

Mais de là, à priver le monde entier toutes générations confondues de ses libertés, de nous enfermer chez nous, de fermer la culture, de nous empêcher de nous déplacer et pousser à la faillite de nombreux professionnels? Pour sauver quelques personnes âgées, est-ce que les conséquences humaines d’un tel confinement mondial en valent la peine ?

Ces chiffres me laissent un goût amer.


Les causes du Covid

L’ONU alerte, « les futures pandémies émergeront plus souvent, se propageront plus rapidement, feront plus de dégâts à l’économie mondiale et tueront plus de personnes que la Covid-19, à moins qu’il n’y ait un changement majeur dans la manière de lutter contre les maladies infectieuses, prévient un nouveau rapport sur la biodiversité et les pandémies produit par 22 experts du monde entier. »

« Les mêmes activités humaines qui sont à l’origine du changement climatique et de la perte de biodiversité alimentent également le risque de pandémie par leurs impacts sur notre environnement. Des changements dans la façon dont nous utilisons la terre ; l’expansion et l’intensification de l’agriculture ; et le commerce, la production et la consommation non durables perturbent la nature et augmentent les contacts entre la faune, le bétail, les agents pathogènes et les humains. C’est la voie vers les pandémies  » (Source: ONU)

On a pas fini avec les pandémies…

Hugo Clément célèbre journaliste écologiste nous met aussi en garde. Voir sa vidéo.


Comment se protéger du covid-19?

Alors quoi? On va rester confiné encore des mois, des années? Et ça de manière récurrente? Peut-être tous les 10 ans? Parce que le système actuel n’a pas voulu financer les hôpitaux correctement?

Le confinement n’est malheureusement pas la solution, bien au contraire, le confinement appauvri encore plus une partie de la population mondiale et aggrave d’autant plus la faim dans le monde. Rester confiner ne fera donc qu’aggraver encore plus le risque de voir d’autres pandémies de plus en plus fréquemment. C’est le serpent qui se mort la queue.

Il est temps d’agir sur les causes et donc agir pour protéger notre environnement, son atmosphère, la biodiversité,… qui au delà du Covid, fait déjà des millions de morts dans le monde à travers les changements climatiques, la déforestation, la famine, le manque d’eau, la montée du niveau de la mer,…

« Pour éviter une multiplication des zoonoses, ces maladies qui se transmettent de l’animal à l’homme comme le Covid-19, il faut lutter contre l’érosion de la biodiversité, le changement climatique et la pauvreté. » (source: Naïri Nahapétian et relayé par Il faut tuer TINA)

Que ceux qui croient encore que le vaccin va nous sauver… c’est un leurre! Ce n’est que le début de changements annoncés mais jamais écoutés.

Je ne pense pas que ce soit LA solution comme on nous la présente. De toute façon, la question de la vaccination ne se pose pas tout de suite pour moi, il y a encore quelques centenaires sur la liste avant moi.


Mes engagements

Agir sur les causes de la pandémie devrait être notre priorité à tous. Il faut aussi se rendre à l’évidence et apprendre à vivre avec le virus, avec cette pandémie et les suivantes. (Refinancer les soins de santé et les hôpitaux serait vraiment bien aussi!)

Je m’engage dès aujourd’hui à faire un don mensuel à SOS Faim, pour une agriculture familiale respectant les populations et l’environnement. Nous devons dès maintenant revoir notre modèle économique et notre impact sur l’environnement.

Pourquoi avoir choisi SOS Faim?

SOS Faim est convaincue que l’agriculture familiale peut répondre aux grands défis de demain : alimentaire, social et environnemental ! J’aime leur approche.

Leur objectif est le développement de l’agriculture familiale, à travers un renforcement de leur structure et le micro financement. En gros, les aider dans leur indépendance et soutenir leur initiative pour se faire entendre, se développer et se renforcer. Ne pas les rendre dépendant d’une aide extérieure.

Soutenir une agriculture plus humaine, c’est mon engagement contre les pandémies.

One thought on “Mourir du Covid ou mourir de la faim ?

Répondre à Hélène Foucart Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *